Notre-Dame de l'Espérance de "titetoile"...Soyez les bienvenus'es sur mon blog-site...Merci pour votre passage...Il faut prendre le temps de nous dire  «JE T'AIME»

 

 

 

 

 

Jésus et Ponce Pilate

 

 

 

 

Jesus et Ponce Pilate

 

Jésus vu par un ami de Ponce Pilate
Partie 1
 

LETTRE DE   FABRICIUS  PUBLIUS  LENTULUS

Gouverneur de la Judée sous le règne de Tibère César au  SÉNAT  ROMAIN.

Combien de fois pouvons-nous entendre qu'en dehors du Nouveau Testament, il n'y a nulle part trace de Jésus et que l'historien de l'époque que nous connaissons le plus, Josèphe Flavius, n'en parle pas dans ses écrits ?

Certes nous savons que Pilate, une fois destitué de son poste, revint à Rome pour rendre compte auprès de l'Empereur - et termina ses jours dans la région de Lyon - et que cela fut transcrit dans ses Actes qui furent peu à peu déformés avec le temps au point qu'aujourd'hui ils sont devenus les Actes de Nicodème, mais voici un autre témoignage qui n'est pas le fruit de l'imagination d'un homme ou une invention d'un chrétien désireux de prouver historiquement l'existence de Notre Seigneur.

Il s'agit d'un portrait de Jésus par Lentulus, proconsul romain en Judée, prédécesseur de Pilate; il aurait été cité par le saint père Paul VI dans ses discours du mercredi, conservés à la Bibliothèque vaticane :

"Publius Lentulus à TIBÈRE  EMPEREUR Salut !

Voici, ô majesté, la réponse que tu désires.

Il est apparu un homme d'une puissance exceptionnelle; on l'appelle le Grand Prophète.

Ses disciples l'appellent Fils de Dieu.

Son nom est Jésus-Christ.

En vérité, ô César, on entend raconter chaque jour des choses merveilleuses sur ce Christ qui ressuscite les morts, guérit toute infirmité et étonne tout Jérusalem par sa doctrine extraordinaire.

Il a un aspect majestueux et une figure rayonnant, pleine de suavité, de sorte que tous ceux qui le voient sont pénétrés d'amour et de crainte à la fois.

On dit que son visage est rosé, à la barbe divisée par le milieu et d'une beauté incomparable, et que personne ne peut le regarder fixement sans en être ébloui.

Par ses traits, ses yeux bleu ciel, ses cheveux châtains clair, il ressemble à sa mère qui est la plus belle et la plus douce figure que l'on ait jamais vue dans ces contrées.

Son langage précis, net, grave, inattaquable est l'expression la plus pure de la vertu, d'une science qui surpasse de beaucoup celle des grands génies.

Dans ses reproches et dans ses réprimandes, il est formidable.

Dans ses enseignements et ses exhortations il est doux, aimable, attrayant, irrésistible.

Il va nu-pieds et tête nue.

A le voir de loin, on rit, mais devant sa présence on tremble et l'on est déconcerté, on ne l'a jamais vu rire, mais on l'a vu pleurer.

Tous ceux qui l'ont approché disent qu'ils ont reçu santé et bienfait.

Néanmoins je suis harcelé par des méchants qui disent qu'il nuit grandement à ta Majesté parce qu'il affirme publiquement que les rois et leurs sujets sont égaux devant Dieu.

Commande-moi donc, tu seras promptement obéi. (Publié par le proconsul romain en Judée, Lentulus)

Jésus vu par un ami de Ponce Pilate
Partie 2
 
S'il est vrai que le grand prophète Isaïe parle de Jésus-Christ comme nul autre prophète que nous lisons dans l'Ancien Testament, il ne tient aucun propos qui s'oppose aux futurs écrits évangéliques, ni même à ce texte.

Là encore, nous voyons combien comprendre la sainte Bible au premier degré est souvent source d'erreurs, de "contradictions" au point de nous convaincre même de choses horribles.

Pourtant il n'en est rien. Passons cette première compréhension littérale et veillons toujours à élever notre regard vers le Ciel comme pour mieux demander l'aide à l'Esprit de Dieu de nous aider à comprendre ce qui parfois nous semble difficile.

Jésus n'était pas un homme beau comme les Grecs (puis les Romains) ont parlé de la beauté.

La beauté illusoire et éphèmère est celle des athlètes sportifs, des mannequins, des grands de ce monde et des riches.

La beauté véritable est celle qui est issue de la sainteté.

En effet, la sainteté purifie car la lumière chasse tout ténèbre

(Jn 8,12 Jésus leur parla de nouveau, disant : "Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.").

Or le Christ, saint par nature et par essence, est un homme admirablement beau. Cette beauté n'était visible que pour celui dont le coeur s'ouvrait à cette charité divine.

Cette beauté était invisible pour celui qui voyait en Jésus un ennemi de César (les Romains), un blasphémateur de la Loi (les Juifs).

C'est dans ce dernier sens que le prophète Isaïe parle ici.

Car si Jésus prêcha beaucoup lors de son passage sur terre, trop peu d'hommes acceptèrent de voir en lui le Fils de Dieu, le Sauveur du monde, le Roi des rois. Isaïe dit :

 Les yeux de ceux qui voient ne seront plus aveuglés, et les oreilles de ceux qui entendent seront attentives.

(Is 32,2) ce qui signifie qu'à certains, et selon la grâce de Jésus, leurs yeux verront le Christ dans sa splendeur d'homme, sa divinité rayonnant sur son humanité. Certains hommes ont tant péché que leurs péchés les aveuglaient et les empêchaient de voir le Christ dans sa beauté parfaite et lumineuse

(Jn 9,39-41 Alors Jésus dit : "Je suis venu dans ce monde pour un jugement, afin que ceux qui ne voient pas voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles." Quelques Pharisiens qui étaient avec lui, lui dirent : "Sommes-nous, nous aussi des aveugles ?" Jésus leur répondit : "Si vous étiez des aveugles, vous n'auriez point de péché; mais maintenant vous dites : Nous voyons; votre péché demeure.").

                       

Augustinius

Avec l'accord précieux de son auteur notre Ami Augustinius

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 10/02/2013