Notre-Dame de l'Espérance de "titetoile"...Soyez les bienvenus'es sur mon blog-site...Merci pour votre passage...Il faut prendre le temps de nous dire  «JE T'AIME»

 

 

 

 

 

Exemple Exégèse

 

 

 

Exemple d'exégèse

 

 

L'exégèse reste souvent un mot abstrait pour le chrétien. Elle n'est pas vitale pour le chrétien dans ce sens qu'elle n'assure pas son salut. Mais elle est intéressante pour celui qui désire mieux comprendre l'Ecriture Sainte au point parfois de s'émerveiller de l'oeuvre de Dieu, en particulier à travers son Fils Jésus-Christ.

 

Nous donnerons ici un exemple simple : Barabbas. Tout le monde connaît ce passage où on demande au peuple qui il désire libérer, Barabbas ou cet homme qui dit être Fils de Dieu; et le peuple demande la libération de Barabbas. S'il est vrai que l'Evangile ne nous dit pas grand-chose au sujet de cet homme, ce n'est pas nécessairement parce que les Apôtres ne connaissaient rien de lui. A l'opposé, nous pouvons y voir un enseignement caché.

 

Le nom de Barabbas est la traduction française de l'hébreu Bar Abba. Or, en hébreu, Bar Abba signifie fils du père. Nous voyons tout de suite le lien avec Jésus-Christ, également Fils du Père, non par la nature humaine, mais par la nature divine.

 

Barabbas, le fils du père, était condamné par la chair pour expier ses propres fautes. Mais Jésus, Fils du Père, l'a libéré de la condamnation à mort par l'effet de son amour. Alors que les hommes avaient condamné Barabbas, par un effet indirect de Dieu, Jésus lui pardonnait et le rendait de nouveau libre, prolongeant ainsi  sa vie ici-bas. La faute du fils du père fut effacée par la grâce du Fils du Père. Cela ne rappelle-t-il pas que cette analogie entre Adam et Jésus ? Par Adam, le péché a marqué toute chair. Par Jésus, la grâce efface le péché et rachète le pécheur. La grâce surpasse infiniment la somme des péchés de l'humanité. Là où le péché abonda, la grâce surabonda.

 

Ce qui devait être condamné par la chair à travers le fils du père, fut absorbé différemment par le Fils du Père qui se fit péché, par amour de nous, au détriment de sa propre chair non pour se sauver, mais pour sauver l'humanité, lui redonnant l'accès à la porte du Ciel. Alors que le fils du père devait mourir pour payer son propre péché, le Fils du Père mourra pour nos péchés, pour nous libérer de la loi de la mort et nous faire renaître par son amour et pour l'amour et la vie éternelle.

 

Voyez comme un seul mot, Barabbas, peut être riche d'enseignements.

 

 

Augustinius

Avec l'accord précieux de son auteur notre Ami Augustinius

 

Date de dernière mise à jour : 10/02/2013