Notre-Dame de l'Espérance de "titetoile"...Soyez les bienvenus'es sur mon blog-site...Merci pour votre passage...Il faut prendre le temps de nous dire  «JE T'AIME»

 

 

 

 

 

La Bible VII

 

 

 

Bible Vulgate

 

 

En lisant le message 8, il y a un point important à préciser :

la toute dernière sainte Bible à avoir été écrite à partir des textes originaux, est la Vulgate.

Toutes les bibles modernes (y compris la Crampon) qui revendiquent aussi cela sont mensongères.

Soyez remerciée pour votre réponse. C'est bien ce qui est écrit dans la Bible ou plutôt dans les traductions erronées. En effet, ce que vous citez est commun à toutes les Bibles actuelles et même la Vulgate latine fait erreur. Soyons plus précis dans nos dires.

Voici ce que dit la Vulgate latine (la plus fidèle) : Mt 19,30 Multi autem erunt primi novissimi, et novissimi primi Mt 20,16 Sic erunt novissimi primi, et primi novissimi. Multi enim sunt vocati, pauci vero electi

Voici ce que dit la Vulgate française : Mt 19,30 Mais beaucoup de premiers seront les derniers, et beaucoup de derniers [seront] les premiers. Mt 20,16 Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers;car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus.

Voici ce que dit la Crampon (Ed. 1923) : Mt 19,30 Et beaucoup de premiers seront derniers, et beaucoup de derniers [seront] premiers. Mt 20,16 Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers [seront] derniers.

Voici ce que dit la Bible de Jérusalem (Ed. 1999) : Mt 19,30 Beaucoup de premiers seront derniers, et de derniers seront premiers. Mt 20,16 Voilà comment les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers.

Les mots premiers et derniers semblent s'opposer alors que tel n'est pas le cas. Le mot français dernier vient du mot grec eschatos qui vient du mot hébreu aharôn qui signifie non pas dernier mais ce qui vient après. Pour information, Aaron est l'écriture française de aharôn et montre bien que Aaron venait après Moshe (Moïse). Que devient alors la vraie traduction française de ces deux versets souvent mal compris ?

Mt 19,30 car ils seront nombreux parmi ceux qui [étaient] les premiers qui viendront [cependant] après et [ils seront nombreux] parmi ceux qui venaient après qui seront [cependant] les premiers Mt 20,16 c'est ainsi qu'ils seront ceux qui sont venus après les premiers et ceux [qui étaient] les premiers ils viendront après

Mt 19,30 fait suite au verset

Et quiconque aura quitté ou maison, ou frères, ou soeurs, ou père, ou mère, ou femme, ou fils, ou terre, à cause de mon nom, recevra le centuple, et aura pour héritage la vie éternelle

Mt 20,16 fait effectivement suite et sert de conclusion à Mt 20,1-15 qui est la parabole des ouvriers envoyés à la vigne.

Comment comprendre cette comparaison de premiers et de derniers ?

Les premiers sont ceux qui sont arrivés les premiers, soit à la vie (Mt 19,29) et ce sont la terre et les parents, soit au travail (Mt 20,1-15) et ce sont les ouvriers. Aussi les derniers sont ceux qui viennent après les premiers, soit les enfants (Mt 19,29), soit les ouvriers (Mt 20,1-15).

L'opposition premier/dernier n'est pas opposition bon/mauvais. Ne tombons pas dans l'erreur de croire que ce qui est contraire est contradictoire.

Ce qui oppose le premier du dernier n'est pas selon un mérite ou une justice humaine comme il est parfois dit mais selon le temps, non pas selon la chronologie mais selon le temps mis par l'homme à se séparer de la chair - père, mère, etc. - ou à se mettre à l'oeuvre pour aller au service de Dieu afin de porter du bon fruit.

Aussi, puisqu'il tient à la justice et à la sagesse divines de donner à certains premiers, il tient à cette même justice et cette même sagesse divines de donner à d'autres qui viendront ensuite, pour diverses raisons.

De même, certains parmi les premiers n'agiront pas selon la justice divine et se trouveront placés après ceux qui viendront après eux et qui auront soit agi en vue du bien de Dieu soit moins négativement agi. Si nous considérons tous les premiers, ceux qui sont venus au monde en premier ou qui se sont rapidement mis à la suite du Christ et tous les derniers, ceux qui sont venus au monde après les premiers ou qui se sont tardivement mis à la suite du Christ, cela donne un nombre élevé.

Et si nous considérons enfin tous ceux qui, parmi les premiers et ceux qui viendront après les premiers, ne se sont pas mis en route, alors nous voyons combien le nombre d'hommes en marche vers le Christ est petit comparé au nombre d'hommes qui ne sont pas en marche vers le Christ.

Et puisque pour être sauvé, il faut absolument suivre le Christ, il est juste que Notre Seigneur termine sa parabole par cette phrase que seule la Vulgate mentionne : car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus.

De là, il ne faut pas en déduire que la majorité des hommes ira en enfer pour toujours ou qu'il est difficile d'être sauvé (Mt 19,25-26). Ce n'est pas ce que Jésus veut produire en nos âmes lorsqu'il raconte cette parabole.

Il veut simplement susciter en nous le désir ardent et immédiat de le suivre, même si cela doit nous coûter ou blesser des proches - à condition que les actes à suivre ne s'opposent pas au rang de l'homme dans l'Eglise et dans le monde !

Oui, Jésus nous aime tant qu'il veut nous donner son Amour tout de suite. Certes, beaucoup seront sauvés plus tard au même titre que nos ancêtres, mais l'Amour de Jésus est si brûlant qu'il veut nous le donner maintenant.

Ô Seigneur ! Vous avez qui les paroles de la vie éternelle, donnez-nous un coeur nouveau afin que nous brûlions d'amour pour vous, comme vous, vous brûlez d'Amour pour nous, afin que nous vous suivions dès maintenant, accomplissant la volonté du Père, dans l'espérance de la vie éternelle à vos côtés.
Bien fraternellement dans le Christ, votre dévoué saint Augustin

Augustinius

Avec l'accord précieux de son auteur notre Ami Augustinius

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 11/02/2013